On ne peut tout sacrifier pour ‘’l’économique’’.

Depuis  des décennies,il est établi que le sport colombophile  laisse apparaître trois aspects : le sportif,le social et l’économique. Incontestablement,un de ces trois mots fera encore couler beaucoup d’encre,c’est assurément l’économique. Notre objectif consiste à rappeler et à formuler un principe fondamental qu’il faut défendre avec bec et ongles : ‘’Défendre l’intérêt général du sport colombophile’’. Que recouvre-t-il ?

Prendre conscience que quelques milliers de personnes trouvent encore dans ce sport qui fut très populaire de nombreuses heures de plaisir sous différentes formes : élevage de pigeons,préparation aux concours,assistances aux arrivées de leurs favoris,réunion(s) hebdomadaire(s)  entre  amis,discussion(s) au local ,lecture de revues,livres,journaux dits spécialisés,lâchers par ses propres soins, découvertes de cassettes vidéo relatives aux méthodes et aux conseils de champions,exposition(s),assistance aux fêtes et réceptions diverses, nombreuses consultations de sites spécialisés….Les activités ne manquent donc pas et les précitées touchent principalement au sportif et au social. Quant au volet économique(vente de pigeons) qui a pris une place assez conséquente voire de plus en plus importante,il a toujours existé mais pas dans les proportions actuelles.A travers les ventes publiques,vente(s) sur Internet ainsi que les ventes au sein de leur  colombier,certains trouvent la récupération de leurs investissements voire la cagnotte pour assurer les saisons futures,d’autres encore en vivent parfois même dans l’opulence et pourquoi pas . De nombreuses firmes commerciales voire des indépendants ( vendeurs de produits complémentaires  divers , marchands de graines,locaux (cafés) où se déroulent les enlogements,fabricants de colombiers,transporteurs,vétérinaires…)  vivent grâce à notre sport Ce n’est toutefois pas une raison pour que notre sport soit perçu sous le seul angle de la rentabilité. L’époque actuelle est tristement dominée par l’argent et ce n’est pas un hazard si l’on voit dans le milieu colombophile international poindre une volée de ‘’One-loft-races’’ , épreuves qui attribuent des prix alléchants mais avec des mises substantielles,épreuves auxquelles la majorité des adeptes ne peuvent participer eu égard à la mise de départ demandée pour inscrire un pigeon.De nombreux concours de ce type se déroulent d’ailleurs  pour la plupart à l’étranger.  C’est une constatation qui fait dire à certains qu’il existe aujourd’hui une colombophilie à deux vitesses (les professionnels et les autres).On laisse à chacun un espace de liberté, nous sommes libres  de participer et de prendre des risques.Les organisateurs de ces épreuves particulières proposent et les amateurs disposent.Je vous avouerai que ce type de concours ne constitue pas ma tasse de thé.Certes quelques amateurs peuvent se regrouper pour participer et amortir les frais mais ce n’est pas monnaie courante… ‘’la solidarité’’.Les adeptes préfèrent participer au sein de leur groupement, leur EPR,leur région voire au national et à l’international c’est plus direct pour l’obtention des résultats (sauf si comme l’année passée Wprol est le classificateur,auteur d’un fiasco total à bien des égards).

Notre pays ne comptera jamais plus les amateurs qui pullulaient avant et après la deuxième guerre mondiale.La prolifération des loisirs a provoqué une désertion vertigineuse et ce n’est pas la manière dont la RFCB-KBDB a géré durant le dernier mandat 2012/2017 qui va rendre du souffle à notre sport.Les dernières élections ont montré à quel point certains et non des moindres ont été désavoués.Si l’on ajoute à cela la fraude,faire voter des morts, quelle bassesse et quelle triste publicité pour notre petit pays.Durant la dernière mandature voter des amendes de 15.000€ à 250.000€ pour les dopeurs qui sont (quasi) tous sortis vainqueurs et au départ de négociations troubles et secrètes avec les gestionnaires de la RFCB-KBDB donne une image fausse de notre sport et le ternit. Ces sommes sont démentielles et tueuses de ménages et d’adeptes.Les nouveaux élus auront du pain sur la planche et la nécessité voire l’obligation de se montrer plus humains au départ d’une analyse appronfondie de la situation tous azimuts.Ils devront faire table rase le plus rapidement possible  de la délocalisation des services(résultats, laboratoire africain des contrôles doping…payements via compte en Irlande paradis fiscal) et rapatrier les dits services,cela facilitera leur tâche…de surcroît,les compétences de nos classificateurs et de nos laboratoires sont avérées.Proximité et gain de temps.

Courage Messieurs les nouveaux élus !

 

L’économique, en l’occurrence le commerce des pigeons est un fait incontournable et souhaitable dans la mesure où,à notre époque,les enjeux ont pratiquement disparu. Les courtiers et autres acheteurs belges et étrangers soutiennent notre sport et permettent à d’aucuns  de rêver à un as-pigeon,un pigeon olympique ou autre  sujet auteur d’un exploit,exploit qui leur permettrait de récupérer les sommes engagées (achat d’un colombier et du matériel nécessaire pour l’équiper,nourriture,frais de vétérinaire,déplacements divers, mises même minimales,ports. Tout cela a un coût non négligeable qui doit être supporté par l’ensemble de la famille du colombophile. 95% des adeptes sont encore de petits amateurs et pour la plupart des personnes âgées qui trouvent depuis des années dans la colombophilie  du plaisir,une activité permanente  au cœur même de leur propriété.Les moments vécus en scrutant l’azur,la satisfaction de voir poindre un de leurs favoris alors que tout est calme est particulièrement apprécié,davantage  que les ‘’euros’’ qui ne les accompagneront pas dans leur dernier refuge.Sachons raison garder ,analyser avec sérénité l’état dans lequel se trouve notre sport en restant réalistes.Le sport colombophile est loin d’être mort et nos nouveaux dirigeants vont devoir assumer une lourde tâche afin de veiller à conserver les adeptes encore actifs.Quant aux trois aspects évoqués en début d’article (le sportif,le social,l’économique),ils resteront ancrés pour longtemps encore et sont complémentaires.

Souhaitons une brillante réussite au nouveau comité de la RFCB-KBDB.Il ne faudra pas attendre des mois pour s’apercevoir du mode de gestion et de la détermination de la nouvelle équipe qui se devra de travailler dans la transparence en faisant preuve d’humanisme sans oublier de bien communiquer à l’ensemble d’un milieu qui serait heureux d’en revenir aux fondamentaux.

KSM