Manuel et David PEREIRA

Quand simplicité rime avec efficacité

Louvois, bourg champenois en plein cœur du triangle d’or du célébrissime vignoble, pratiquement à équidistance de Reims, Châlons-en-Champagne et Epernay, est connu grâce à son château érigé sous Louis XIV, maintenant propriété du groupe Laurent PERRIER , précurseur du vin de champagne sans sucre (1889), le sec, le meilleur, selon beaucoup de fins connaisseurs.

   Mais Louvois compte aussi parmi ses citoyens deux champions colombophiles que sont Manuel et David PEREIRA,  inscrits sous la dénomination « PEREIRA père & fils » 

Manuel, le papa est colombophile depuis toujours, avec son frère José, ils accompagnaient  leur  père, excellent colombophile lui aussi. « grand papa », qui après une dure carrière de peintre industriel est rentré en son Portugal natal où il y mena une formidable seconde carrière, essentiellement colombophile celle-ci. Il disparu malheureusement le 10 janvier dernier.

C’est en 1981 que Manuel  débuta véritablement à son propre compte, son jeune frère José ne tarda pas à lui emboîter le pas et des succès mémorables jalonnèrent leurs parcours respectifs sur les concours fédéraux de la 6erégion.

Depuis quelques années nos colombophiles marnais se sont tournés vers le groupement de l’Aisne voisin, plus attrayant en termes de contingents de pigeons et  de programmes de concours extrêmement bien pourvus. 

PEREIRA

Fondements de la colonie.

 Chez Manu et  David, vous trouverez très peu de pedigrees et encore moins de noms ronflants. On cultive la même lignée  depuis plus de 35 ans, en introduisant bien entendu  quelques pigeons de temps à autre afin d’éviter une consanguinité trop rapprochée, on peut dire que la souche est homogène et que la vieille base est encore prédominante. 

Un des pigeons de base fut la « vieille BRAAKHUIS », pas transcendante aux concours, mais reproductrice hors pair ! Une autre femelle, « la boule »d’origine FEVRIER/ WENDZINSKI fut, elle aussi un élément fondateur de la colonie. Puis deux pigeons de Daisy SLOTS, acquis lors de son déménagement  « firent souche ».

 N’oublions pas les  roux portugais  du « grand papa ». Sporadiquement, quelques pigeons égarés sont recueillis et signalés à leurs propriétaires et lorsque ceux-ci ne souhaitent pas les reprendre, ils peuvent éventuellement être testés à l’élevage.   Car Manuel possède une disposition certaine à déceler les bons pigeons, et souvent c’est bingo ! 

Ainsi, un mâle allemand de 2012 a démontré sa bonne valeur reproductive. Plus récemment une femelle de GOSSENS DRUART qui est la mère de la super  «223 »  ainsi qu’une autre femelle de Jan LOOBUYCK extra qui accouplée à un mâle de la vieille origine a  produit deux supers  pointeurs.

Chez Manuel et David PEREIRA, on peut sans usurpation, parler d’une « race » PERREIRA », tellement l’homogénéité des pigeons est marquante,  tant sur le plan physique que génétique. Enfin,   race, aussi, par la faculté qu’ont ces pigeons à voler en tête des concours de 250 à 800 km, ici et ailleurs. 

  Ce n’est pas Richard ROGE de Heutrégiville  qui démentira ces propos, comme il l’indique sur son blog, la femelle 09/956, 2enat Marseille 2011 lui a été offerte par Manuel  PEREIRA, cette 956 engendra ensuite la 2enat Marseille 2014 ainsi que la 2eAs femelle 2017 des internationaux ( 3 prix). Toujours en 2017, la 1ére nat Perpignan femelles et 32/14851 int a pour père un PEREIRA père & fils !

Jeu

 Du fait de leur situation géographique plutôt excentrée, très à l’Est du gros du contingent axonais, le tandem PEREIRRA ne lance ses pigeons qu’à partir de Bourges, 257 km. Ensuite, les étapes auxquelles participent les pigeons sont choisies en fonction de l’état de fraicheur des pigeons et de la météo, car Manuel et David, ne sont  pas des joueurs de championnats, mais privilégient plutôt le bien être de leurs pigeons.

Les mâles de 2 ans et plus sont joués au veuvage traditionnel, les yearlings sont dans un compartiment seulement équipé de perchettes, à ce stade ils apprennent le métier. Il faut dire que l’année de leur naissance hormis quelques rares exceptions ils ne connaissent que le petit panier d’entrainement.     

Quant aux femelles, elles sont jouées au veuvage selon un système en rien académique, puisqu’elles peuvent s’accoupler entre elles, voire couver, mais là,  c’est tout le savoir faire de Manuel qui opère. Et au vu des palmarès de certaines demoiselles, on peut dire que du savoir faire il en a revendre !

Quelques résultats 2017 :

Montluçon :       2, 36, 73…/2931p   (José, le frère : 1,13,16,18…/2931p)

Guéret :            3,4,6,13,18,27…/3520p

                        1,2,3…/1105 femelles

Issoudun :         1,18…/4439p  (José : 3,4…/4439p)

Nexon :            6,27,42,65…/3364 p

                       1,7,9…/1175 yearlings

Toulouse :         2,7,15,23/595p   (José : 3,4,18,19/595p)

                        1,4…/204 femelles  (José : 2,3…/204 femelles)

Nevers :          10,11,19,22,23,30…/2341p

Elne (Perpignan)  1,2,13…/318p

Semi-national :      27,48…/2212p

Montauban :       7,22,27,28…/835p   (José : 2,3,10,12,16…/835p)

Semi-national :   19,99/4511p  (José : 2,6,17,30,33,47…/4511p)

Quelques « tops résultats 2015-2016

Guéret :1,2,3,4,9,11,12,17…/3960p

 Bram (Carcassonne)  1,19,27,40…/595p

Montluçon:  1, 14…/739j

Bourges :  1,2 (José), 4,5,6…/ 3187p

Palmarès de la 190223/15 :

1 Elne (Perpignan)  759p 

 1  femelles 268 

1 Toulouse :        2/2281p

2  2281 p

69 Montluçon 1 2578p                

3 Montluçon 2    966p                 

33 Caussade (Montauban) 1100

95 Bourges :      3187p

89 Nevers :       1205p               

100 Guéret :      3520p

288 Nevers :      3097p

253 Guéret :      1203p

213 Nevers :     1382p

341 Nevers :     3781p

Pour conclure, je dirais que Manuel et David PERREIRA sont de magnifiques représentants d’une colombophilie simple mais noble, éloignée de tout désir de profit où seuls l’amour du pigeon et le plaisir du jeu comptent. Ici, le doigté de l’éleveur et l’intelligence du jeu, l’emportent avantageusement sur des investissements démesurés et de la communication retentissante.

 Ils démontrent à qui en douterait qu’une colombophilie pratiquée avec simplicité n’est pas incompatible avec une redoutable efficacité.

Merci pour votre disponibilité, et bon vol pour 2018 !

Y.Marula