Les pigeons de Sagres au Portugal : le promontorum sacrum !

Si vous passez quelques jours en Algarve (dérivé de l’arabe qui signifie l’ouest !), vous y reviendrez toujours ! ( En tout cas certainement au moins deux fois !  Ne fut-ce que pour y rencontrer un expert-es-pigeons mondial, j’ai nommé le Pic de la Mirandole de la colombophilie David Madeira. Cet homme-là est le Diderot, l’encyclopédie incarnée du savoir colombophile et pas seulement dans son pays, le Portugal, mais c’est aussi le meilleur spécialiste des lignées belges et autres ! C’est sans doute pour cela qu’il est devenu vice-président de la FCI qui a bien besoin d’un expert de sa trempe pour rehausser le niveau abyssal dans lequel cette noble institution ( du temps du Docteur Téréso ) est tombée depuis la nouvelle élection, je ne commenterai pas !

C’est donc avec joie que je retrouve David Madeira à qui je raconte que j’ai été surprise de découvrir des Columbia Livia , des pigeons de roches en quantité astronomique à la pointe extrême sud-ouest de l’Europe ( là où elle finit en plongeant dans l’océan ) la pointe de Sagres, Cabo de Sao Vicente, le promontorium sacrum . On m’avait toujours confirmé que les pigeons de roches ne vivaient plus qu’à Gibraltar et dans quelques îles anglaises où ils se terraient de peur, peut-être, de subir la transformation en….. pigeons voyageurs, si par hasard un colombiculteur belge passait par là (. Je plaisante bien entendu, mais franchement, les spécimens aperçus dans les roches portugaises sont d’une beauté à couper le souffle, il faut dire qu’ils se fondent dans un environnement remarquablement féérique de fin du monde ou du début tout dépend !

Je me rappelle l’origine des espèces, Le livre de référence (vous savez que Darwin était un fervent colombophile et que l’origine des espèces est basée sur l’observation de sa colonie de pigeons domestiques, j’ai assez écrit sur ce sujet !) Pour Darwin il n’y a AUCUN doute TOUS les pigeons descendent du Biset et….. pourraient y remonter s’il le fallait. Rien ne distingue nos pigeons de roches dans l’apparence du moins et seulement dans l’apparence, des plus beaux as pigeons, n’en déplaise à certains, mais je suis bien obligée de constater ce que mes yeux ne peuvent ignorer !

Grégoire Vincke me répondait sur mon mur FB à la question fondamentale et béotienne :

– «  Qu’a-t-on changé dans le Biset pour fabriquer le Voyageur ? » 

– Sa réponse est : « en colombophilie (pigeons voyageurs), extérieurement, non, on n’a presque rien changé. Ni en forme ni en couleur. La plupart de ce qu’on a changé se trouve à l’intérieur (orientation, caractère, motivation, résistance à l’effort, capacité musculaire, etc..) Par contre en colombiculture (pigeons de races standardisées)... Excusez du peu.

En tout cas, pour ma part je suis revenue de ce promontoire sacré encore plus admirative de la perfection des pigeons depuis l’origine jusqu’à présent, comme l’écrivait si bien Darwin ;

 «  Les pigeons, cette perfection de forme et de coadaptation qui excite à si juste titre notre admiration ». Cette beauté et cette perfection je suis loin d’en être blasée et j’espère qu’elles m’étonneront toujours.

David Madeira à qui je confiais mon admiration béate en rajouta une louche.

–«  En plus, à cette pointe de Sagres, existait un vrai mythe colombophile ! »

–« Ah bon ? L’ancêtre de tous les pigeons ? »

–«  Pas vraiment, il y avait dans les années 1950 un colombophile qui gardait le phare à la pointe de Sagres, il récoltait toujours une flopée de pigeons voyageurs bagués de tous les coins d’Europe, des Belges, des Allemands, des Hollandais, des Anglais qui venaient se réfugier dans son colombier, là où l’Europe sombre dans l’océan, comme s’ils avaient perdu leurs repères ! »

« Ou, peut-être retrouvé leurs origines » ajoutais-je.

Ce colombophile gardien de phare avait en tout cas un sens commercial évident puisqu’il battait le tam-tam auprès des autres colombophiles pour leur «  vendre » ces pigeons aux pédigrées souvent dignes du gotha colombophile européen !

Je vous le disais, un promontoire sacré et un sacré promontoire colombophile!

Marie Claire Cardinal.

Sagres 1

Le promontoire sacré des anciens ! La pointe extrême Sud-Ouest de l’Europe ! Ici l’Europe chavire dans l’océan.

Sagres 2

La beauté féérique des pigeons de roches ! Début ou fin du monde ?

Sagres 3

Le Biset, pigeon de roche ou Columbia livia

Sagres 4

David Madeira et son bébé la sociedade columbofila Louletana, une société qui appartient aux colombophiles locaux et qui possède même ses propres camions de transport !