Elle roucoule dans la langue de Shakespeare !

C’est Lynx qui monte sur le podium anglais.

You’re the one, formi, formi formidable !

À chaque lâcher du Marseille, il me vient une pensée pour les pigeons anglais, à chaque contremarquage aussi puisque les équipes du CFW estampillent tous les pigeons anglais, ils n’y échappent point !

Parce que ces pigeons-là ont déjà quelques kilomètres de camions de plus dans les pattes, qu’ils vont aussi devoir se distancier de la «  masse » drainante des autres compétiteurs beaucoup plus tôt et qu’ils feront quelques kilomètres parfois de plus que certains avec, en prime, la traversée de la Manche, ce qui n’est pas le moindre écueil dans des conditions météorologiques parfois plus stressantes que les autres.

S’ils empruntent la Route du Rhône avec la masse, ils sont perdants, s’ils se scindent avant pour partir avec les Vendéens (qui alignent cette année plus de 180 pigeons contre 100 auparavant !  Il faut dire que les deux victoires spectaculaires des Mauriceau ont fait florès !), ils ont des chances de se classer honorablement, même plus qu’honorablement.

L’effectif anglais a diminué aussi, ne nous en cachons pas. En 2008 il fleuretait avec les 110 pigeons, il tombe à 80 en 2017, ce n’est pas le record 2014 n’en enregistre que 41 !

Cette année le premier anglais est une lady, elle vient de Dover dans le Kent, elle serait à la 913e  place à l’international avec une vitesse de 862 m/min et 957, 563 km parcourus (ce qui n’est pas le plus long point, les Hollandais extrêmes sont plus loin encore, mais ne traversent pas la manche !)

Félicitations à L. & K. Buddle et à leur super  pigeonne «  Lynx ». Rien à dire, cette bien nommée est bien placée sur les critères des yeux (une discipline colombophile encore très en vogue chez les Anglais et…. Les Arabes !).

J’ai posé quelques questions à nos deux colombophiles qui m’ont répondu, je vous livre ma (piètre) traduction.

-       Quelle est la vitesse de votre gagnante  pigeonne ? (vous voyez je parle comme eux j’inverse l’adjectif ! rire)

-       Notre Marseille a volé à 862m/min, elle a été constatée à 07h 17 (NDLR, je suppose qu’il s’agit de l’heure anglaise).

-       Un mâle ou une femelle ?

-       Une femelle Hen de 2011.

-       Vous l’avez jouée comment ?

-       Au veuvage pendant toute la saison des concours. Avant le concours, elle passe cinq heures avec son mâle (c’est du moins ainsi que je traduis le terme utilisé par M. Buddle de «  cock », rien à voir avec Tintin et cock and stock [rire], le dictionnaire me confirme bien que ce terme, qualifié de «  vulgaire », signifie bien , en français tout aussi vulgaire, une b…. et par extension un trou du c…, ou alors un pistolet ! biffez les mentions inutiles !), dans son nid avec des céréales, du maïs et de l’eau !

-       A-t-elle eu un entrainement spécial ?

-       Elle a été préparée à cette difficile épreuve de 957 km d’abord par quelques vols d’entraînement dans les îles anglaises, puis le 13 mai, elle s’envole d’Alençon (312 km), le 20 dito de Boves (162 km), le 27 mai et le 3 juin de Fontenay(300 km). Ensuite arrive le costaud, le concours international Pau/Mont sur Marsan 812 km où elle se positionne à la 20e place pour l’Angleterre, puis, repos bien mérité de trois semaines ponctuées de quelques vols d’entrainements de 32 km et enfin,  l’étape finale, Marseille, d’où elle sort grande vainqueur de l’épreuve (difficile) pour le contingent anglais.

-       Comment était-elle à l’arrivée ?

-       Elle était en super forme, comme si de rien n’était, elle était juste très mouillée parce que le samedi matin il avait plu abondamment sur le Royaume-Uni.

-       Un truc de colombophile pour booster ses performances ?

-       Cinq jours avant l’épreuve elle est nourrie deux fois par jour avec une cuillère à thé (c’est vrai que les Anglais disent une cuillère à thé alors que nous disons une cuillère à café ! rire) de cœur de tournesol Hempseed et de canary n° 1 mélange.

-       Vous avez une anecdote à propos de cette championne ?

Nous l’avons nommée Lynck parce qu’elle est, pour nous, notre pigeon number one depuis des années (elle est née en 2011). C’est un oiseau excellent, constant depuis des années, elle truste de très nombreux prix et  chaque année elle performe.

Elle fut :

10e National UK Pau en 2014.

10e  National UK Narbonne (896 km) en 2014.

17e  National UK Perpignan (962 km) en 2015.

28e National UK Pau (875 km) en 2016.

3e National UK sur le Marseille (957 km) en 2016.

20e  National UK Pau (812 km) en 2017.

Enfin, elle a reçu le prix du mérite national pour 3 x top 15 au National.

-       Le pédigrée de cette super championne ?

-       Her Sire (son père, notez la richesse de la langue de Shakespeare on ne dit pas le «  père » d’un pigeon, mais on accole un vocable particulier ! Noblesse de la langue !) est un G & C Cooper pigeon, le double petit–fils de Farm Boy, her Dam (sa mère même remarque !) est une fille de notre très célèbre Mike Pitchell’s «  Hen » elle-même as-pigeon Saran, seconde nationale de Perpignan, huitième nationale Tarbes, onzième nationale Pau……… Cette Dutch Hen a été accouplée a un fils de notre  «  BC » second national Pau en 2009, premier Bergerac National, premier Perpignan National…….

Je remercie encore Sirs L & K Buddle de leurs réponses et je les prie d’excuser l’indigente traduction et les éventuelles erreurs de transcription.

Marie Claire Cardinal.

 

shakespeare 1 

Une bien belle pigeonne de 2011 ce qui prouve encore que la valeur n’attend pas le nombre des années !!!!

 

 shakespeare 2 

Les  heureux lauréats que nous espérons rencontrer à la fête du CFW en octobre.